actualite 23/06/2021

L’épargne jeunesse, une histoire de famille de la première heure

Qu’on y ait recours par prudence, par anticipation, par prévoyance, ou pour permettre à nos enfants de réaliser un projet ou un achat conséquent lorsqu’ils seront jeunes adultes, on a toutes les bonnes raisons de mettre en place une épargne jeunesse. Et ce dès que possible.

En France, il est de tradition que les parents mettent en place une solution d’épargne pour leurs enfants. À travers la constitution d’une épargne jeunesse, le nouveau foyer s’organise pour assurer un avenir confortable, permettre la réalisation d’un projet exceptionnel, à court, moyen, ou long terme : études à l’étranger, achat d’une voiture, voyage autour du monde, coup de pouce à l’achat d’un premier appartement…

Cette épargne, qu’on nomme épargne d’objectif, se distingue d’une épargne dite de précaution, censée constituer un matelas de sécurité en cas de coup dur. Elle nécessite donc qu’une stratégie de placement soit étudiée. Plusieurs critères peuvent être attentivement considérés et combinés : taux de rendement du placement, plafond des dépôts, fiscalité applicable, facilité des retraits en cas de besoin de trésorerie. Mais dans tous les cas, et quels que soient le montant et les placements choisis, la règle d’or en matière d’épargne jeunesse est invariable et tient en trois mots : s’y prendre tôt !

Penser en amont l’épargne jeunesse, c’est en garantir la sérénité

Idéalement, l’épargne jeunesse est un projet qui se construit précocement, dès la naissance d’un enfant. Alignée sur des capacités financières réalistes, elle permet, à travers des versements réguliers, d’être inscrite dans le quotidien comme une charge fixe intégrée au budget de la famille. La constitution d’une épargne solide repose moins sur la hauteur des montants épargnés que sur l’aptitude à acquérir un automatisme, presque un réflexe, afin de garantir que l’effort d’épargne soit récompensé dans la durée. L’épargne jeunesse se fait ainsi de manière régulière pour certaines familles. Pour d’autres, elle se construit à l’occasion de rendez-vous et de moments de vie : anniversaires, célébrations, étapes scolaires, etc.

Si anticiper permet de réduire l’effort d’épargne jeunesse sur le long terme, Béatrice Durand, responsable du programme d’éducation financière à la Fédération Bancaire Française, ajoute qu’anticiper "permet de diversifier rapidement les placements(1)", ce qui demeure, année après année une recommandation classique des conseillers bancaires et financiers.

Promouvoir l’épargne jeunesse auprès des enfants eux-mêmes

Si épargner pour ses enfants présente de nombreux avantages, faire épargner ses enfants pourrait bientôt constituer une mesure d’utilité publique. Du 22 au 28 mars 2021, à l’occasion de la 9e édition de la Global Money Week de l’OCDE mobilisant plus de 100 pays, la Banque de France et les partenaires de la stratégie EDUCFI ont orchestré, sur tout le territoire national, la semaine de l’éducation financière. Des ateliers de sensibilisation à la gestion d’un budget pour les jeunes dans des collèges et lycées ont été organisés. Ils avaient pour vocation de "transmettre, dès le plus jeune âge, les réflexes pour gérer au mieux financièrement son quotidien : apprendre à établir un budget et essayer de le respecter dans le temps, comprendre qu’il n’y a pas de petite économie et que l’épargne peut être utile pour faire face à des imprévus ou pour financer un projet, mesurer le coût d’un crédit, utiliser ses moyens de paiement de manière sécurisée, choisir une assurance adaptée à ses besoins, repérer les fraudes ou arnaques, savoir vers qui se tourner en cas de difficultés, etc.(2)"

À cet égard, rappelons qu’historiquement, au XIXe siècle, le Livret A avait notamment été créé dans cette perspective pédagogique.

Parents, enfants, grands-parents… L’épargne jeunesse, une affaire de famille

A chaque âge ses moyens. Pour les plus jeunes, la tirelire est souvent le premier objet dédié à matérialiser l’épargne jeunesse, en mettant de côté de l’argent de poche ou un pécule reçu à l’occasion d’un événement de la vie. Pour les adultes, les banques du groupe Crédit du Nord peuvent proposer aux parents et grands-parents, en fonction de leur profil, une solution d’assurance-vie destinée à préparer l’avenir de leurs enfants et petits-enfants.

Souscrit seul ou couplé à un livret d’épargne, le contrat Antarius Donation permet de transmettre un capital à des conditions avantageuses et selon un choix de modalités de gestion. Accessible à partir de 50€ de versement par mois, et bénéficiant d’avantages fiscaux, il permet de garder le contrôle des opérations effectuées sur le capital transmis. Un pacte adjoint permet également de fixer la date à laquelle enfant ou petit-enfant pourra disposer librement de son capital, entre son 18e et son 25e anniversaire.

Que l’on soit parent ou grand-parent, s’engager dans la constitution d’une épargne jeunesse appelle à mener une réflexion supplémentaire autour des conditions de sa transmission. En effet, il ne faut jamais négliger le risque que l’effort d’épargne puisse être altéré par une fiscalité de la transmission non optimisée. Dans toute démarche de constitution d’épargne jeunesse, il est recommandé de se faire accompagner d’un conseiller bancaire, conscient des enjeux de la famille et informé des derniers changements réglementaires et autres incitations législatives et fiscales.

Consulter les avantages du contrat d’assurance-vie Antarius Donation

(1) https://investir.lesechos.fr/placements/famille/dossiers/livrets-comment-constituer-une-epargne-pour-ses-enfants/comment-constituer-une-epargne-pour-ses-enfants-1870916.php
(2)https://www.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/communique-de-presse-semaine-educfi-2021.pdf

 

Plus d'articles

Contact